Occident – 10-16/07/2023

Anonyme, Pierre Loti en costume de mandarin, inv MPL 003.0.534

# Il y a un siècle, le 10 juin 1923, décès de Pierre Loti, de son vrai nom Louis-Marie-Julien Viaud. Avec un mois de retard, hommage au grand voyageur, officier de la marine française. Ses funérailles furent nationales. (2023, année Loti ! – Rochefort, sa ville natale (1850), sud-ouest de la France+Le Figaro +AIAPL-Vincennes)

# « Loti était à juste titre surnommé le peintre de la Littérature française. » Le Magazine Littéraire n°521 (juillet-août 2012) contenait un copieux dossier intitulé “L’invitation au voyage”. Incluant une photographie de Loti posant en costume de mandarin en Chine ! Clémentine Baron, auteure et journaliste : « (…) Loti préférait comparer les pays visités entre eux, mêlant les différents exotismes. (…) De l’Afrique au Japon en passant par l’Inde, la Turquie, Tahiti ou l’île de Pâques, Loti (…) a profité de ses multiples déplacements professionnels pour tenir un journal intime dont il se servira pour écrire des romans à partir de ses expériences. Entre le témoignage et la fiction, ses textes rendent compte d’une conception personnelle de l’étranger et de l’exotisme. Il s’agissait pour lui d’expérimenter physiquement la rencontre avec l’autre. Le meilleur moyen, et celui qu’il affectionnait le plus, restait la séduction des femmes indigènes. (…) Son nom de plume même viendrait d’un surnom donné affectueusement par la reine Pomaré à Tahiti. Pourtant, l’auteur des “Derniers jours de Pékin” [1902] a longtemps été soupçonné d’homosexualité. (…) Il recherchait assidûment dans ses voyages le fait ou la chose la plus inhabituelle du point de vue occidental (…) et les retranscrivait ensuite dans ses textes, (…). Cela lui vaudra un franc succès éditorial et une place à l’Académie française [1891], mais aussi quelques reproches d’écrivains plus tatillons sur le respect du réalisme. (…) » (Babelio)

# Historien et professeur de littérature française contemporaine (université Sorbonne Nouvelle), Bruno Vercier est un spécialiste de Loti. Dans la préface d’un recueil de “quatre textes singuliers” (“Fleurs d’ennui”, suivi de “Pasquala Ivanovitch”, “Voyage au Monténégro”, “Suleïma”), daté de 1882 et réédité en 2003 aux éditions du Passage du Marais (Paris) : « (…) La gravité, Loti la place ailleurs, dans le sentiment de l’éphémère des choses et des gens ; toujours, pour lui, l’instant présent bascule dans un passé déjà révolu. Alors qu’il est en train de le savourer, il sait en même temps qu’il “faudra partir” (…). Epicurisme ou désespoir ? Les deux sans doute qui s’entremêlent en une nostalgie douloureuse et délicieuse. Le souvenir ressuscite le passé, mais il fait aussi mesurer le temps écoulé : l’Algérie retrouvée lui permet de se sentir “encore étonnamment jeune”(…). » (Studi Francesi -Italie+Open Library -Internet Archive)

# Un pays, un roman. Extrait de “La Mort de Philae”, publié en 1908 : « (…) Partout de l’électricité aveuglante ; des hôtels monstres, étalant le faux luxe de leurs façades raccrocheuses ; le long des rues, triomphe du toc, (…) ; sarabande de tous les styles, le rocaille, le roman, le gothique, l’art nouveau, le pharaonique et surtout le prétentieux et le saugrenu. D’innombrables cabarets, qui regorgent de bouteilles : tous nos alcools, tous nos poisons d’Occident, déversés sur l’Egypte à bouche-que-veux-tu. Des estaminets, des tripots, des maisons louches. Et, plein les trottoirs, des filles levantines, qui visent à s’attifer comme celles de Paris, mais qui, par erreur, sans doute, ont fait leurs commandes chez quelque habilleuse pour chiens savants. (…) » (France Loisirs +Gallica -BnF) ***

Bruxelles, 10-16 juillet 2023 / 344

Plus d'articles

Occident – 13-19/05/2024

“Paul Auster, ce « saint patron » littéraire de New York” (Courrier international ) / “Le plus francophile des Américains” (Le Figaro littéraire) / “La connaissance du thème de la solitude est fondamentale à qui veut pénétrer dans l’univers de Paul Auster” (Gérard de Cortanze) / “Sans doute le plus grand roman américain sur la guerre de Sécession [1861-1865], selon Paul Auster” (Claire Chazal) / “Être américain, c’est participer à la plus grande entreprise humaine depuis la création de l’homme” (Aliette Armel) / “Moon Palace” (1989) : « Je n’ai plus besoin d’aller nulle part. Dès que je me mets à y penser, je m’y retrouve »

Occident – 06-12/05/2024

Ce 7 mai, sept mois de conflit à Gaza / “Israël fait figure de bastion avancé de l’Occident au cœur de l’Orient” (Sophie Bessis) / Portrait de Herzi Halevi, 23ème chef d’état-major de Tsahal (Le Figaro Magazine) / “1948, une partition inacceptable dans les deux camps” (Sylvain Cypel) / “le Hamas est le genre d’ennemi que souhaite Benyamin Netanyahou puisque ses leaders ne sont pas intéressés par une paix avec Israël” (Michael Walzer)

Occident – 22-28/04/2024

“Lord Byron fut en son temps un dieu vivant” (1788-19 avril 1824) / Ainsi voit-on, pour la première fois peut-être, une légende vivante souffrir du star-system, un monstre sacré tourmenté par des paparazzi” (Didier Jacob, Le Nouvel Observateur) / “On juge généralement que Don Juan est son chef-d’œuvre” (Dominique Spiess-Faure) / “La lente, fiévreuse et douloureuse agonie, conséquence de la malaria contractée dans les marais de Missolonghi, en terre grecque, où il livrait bataille contre l’occupant ottoman” (Daniel Salvatore Schiffer) / “son génie est incommensurable… C’est un grand talent inné” (Goethe)