Occident – 11-17/12/2023

# “Haut-Karabakh. Le chemin de croix des Arméniens. Après une défaite éclair contre l’Azerbaïdjan, les habitants ont dû fuir en masse.” (Paris Match +Le Soir)

# “Pourquoi Moscou a lâché l’Arménie, son alliée historique.” Journaliste français spécialisé en politique étrangère (longtemps directeur délégué de la rédaction de l’hebdomadaire L’Express), Christian Makarian a notamment publié “Le Choc. Jésus-Mahomet” (JC Lattès, 2008), consacré aux rapports entre l’islam et l’Occident. Ici, en tant qu’éditorialiste international au magazine Le Point, dans l’édition du 5 octobre dernier (“Arménie. Civilisation en péril”) : « (…) le recul consenti par Poutine marque un tournant historique. (…) Durant les sept décennies de la période soviétique, les Arméniens ont subi le joug de Bakou, qui ne cessait de les brimer et de leur imposer une politique d’«azérification » (…). Cependant, sous Boris Eltsine, à partir de 1991, l’armée russe a décidé d’appuyer les Arméniens du Karabakh contre les forces azéries. Moscou faisait ainsi payer aux Azéris la distance qu’ils avaient prise à l’égard du Kremlin postsoviétique. (…) l’Arménie, déjà à l’écart des grands flux économiques de la région, s’est transformée en variable d’ajustement de la politique russe au Caucase. (…) Au lieu de ménager son allié arménien, [Poutine] a préféré pencher du côté d’Ankara. [Il] a de ce fait entériné la fraternité anti-arménienne, antichrétienne, entre la Turquie et l’Azerbaïdjan. (…) » (Premium Communication -Paris)

# “Le génocide des Arméniens peut être considéré comme un prototype des génocides du 20ème siècle, tant par sa modernité, son idéologie que par ses mécanismes.” Historienne d’origine arménienne, Claire Mouradian est directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, responsable de l’Equipe Caucase). De son entretien avec Le Monde 2 du 16 avril 2005, pour un dossier sur la première épuration ethnique du siècle passé : « (…) Dès le 24 mai 1915, les trois puissances de l’Entente (France, Grande-Bretagne et Russie) font une déclaration publique par laquelle elles rendent responsable le pouvoir ottoman des “crimes contre l’humanité et la civilisation” perpétrés contre la population arménienne. (…) On estime entre 1 million et 1,5 million le nombre des morts, sur une population de 2,2 millions d’Arméniens dans l’Empire [future Turquie]. (…) Tout est fait aussi pour effacer la trace des Arméniens dans le patrimoine culturel et monumental de la Turquie. Mais il existe aussi quelques intellectuels turcs courageux qui veulent faire la lumière sur cette page occultée de leur histoire. (…) » (BnF +EHESS +Lire +Centre de Recherches Historiques -Paris)

# “Akçam étudie le génocide de 1915 non du point de vue des victimes – largement documenté – mais à travers les assassins.” (Le Nouvel Observateur ) L’historien et sociologue turc Taner Akçam est professeur au Center for Holocaust and Genocide Studies de l’université du Minnesota. “Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque” (éditions Denoël, 2008) est le titre de son “livre magistral”. Il déclarait dans Le Monde des Livres du 9 janvier 2020 : « (…) Le déni est une politique, une idéologie profondément enracinée au sein de l’appareil d’Etat. En ce sens, il peut être comparé avec le régime d’apartheid qui a existé en Afrique du Sud. (…) Le déni ne peut être vaincu que politiquement et, à ce titre, cette lutte doit être considérée comme faisant partie de la lutte plus large pour la démocratisation en Turquie. (…) » Menaces de mort, exil, ce «Sherlock Holmes du génocide arménien» a complété son travail avec “Ordres de tuer. Arménie 1915 (CNRS Éditions, 2020). (L’Histoire +Le Figaro Magazine) ***

Bruxelles, 11-17 décembre 2023 / 356

Plus d'articles

Occident – 13-19/05/2024

“Paul Auster, ce « saint patron » littéraire de New York” (Courrier international ) / “Le plus francophile des Américains” (Le Figaro littéraire) / “La connaissance du thème de la solitude est fondamentale à qui veut pénétrer dans l’univers de Paul Auster” (Gérard de Cortanze) / “Sans doute le plus grand roman américain sur la guerre de Sécession [1861-1865], selon Paul Auster” (Claire Chazal) / “Être américain, c’est participer à la plus grande entreprise humaine depuis la création de l’homme” (Aliette Armel) / “Moon Palace” (1989) : « Je n’ai plus besoin d’aller nulle part. Dès que je me mets à y penser, je m’y retrouve »

Occident – 06-12/05/2024

Ce 7 mai, sept mois de conflit à Gaza / “Israël fait figure de bastion avancé de l’Occident au cœur de l’Orient” (Sophie Bessis) / Portrait de Herzi Halevi, 23ème chef d’état-major de Tsahal (Le Figaro Magazine) / “1948, une partition inacceptable dans les deux camps” (Sylvain Cypel) / “le Hamas est le genre d’ennemi que souhaite Benyamin Netanyahou puisque ses leaders ne sont pas intéressés par une paix avec Israël” (Michael Walzer)

Occident – 22-28/04/2024

“Lord Byron fut en son temps un dieu vivant” (1788-19 avril 1824) / Ainsi voit-on, pour la première fois peut-être, une légende vivante souffrir du star-system, un monstre sacré tourmenté par des paparazzi” (Didier Jacob, Le Nouvel Observateur) / “On juge généralement que Don Juan est son chef-d’œuvre” (Dominique Spiess-Faure) / “La lente, fiévreuse et douloureuse agonie, conséquence de la malaria contractée dans les marais de Missolonghi, en terre grecque, où il livrait bataille contre l’occupant ottoman” (Daniel Salvatore Schiffer) / “son génie est incommensurable… C’est un grand talent inné” (Goethe)