Occident – 18/06/2023

Philippe SOLLERS 1999 (©John Foley/Opale / Bridgeman Images)

# “Le pape des lettres françaises”. Mort le 5 mai 2023, à l’âge de 86 ans, Philippe Sollers reçut le prix littéraire Médicis en 1961, pour son roman “Le Parc”. (Le Soir +Le Monde +PhilippeSollers/Pileface +Site officiel )

# “Philippe Sollers, écrivain à Identités Rapprochées Multiples.” Publiant dans le mensuel Lire (n°392, février 2011), le journaliste littéraire Alexandre Fillon avait eu l’occasion de visiter l’appartement parisien de ce “fanatique du papier imprimé” : « (…) Sollers, on le sait, fourmille d’activités. Il y a l’écrivain, l’éditeur, le chroniqueur dont les articles paraissent dans Le Journal du Dimanche et Le Nouvel Observateur. (…) [Il] se considère comme un romancier, “ce qui ne m’est pas souvent accordé” ! Adepte de la “fiction continue”, il s’inscrit dans la tradition du roman philosophique français qu’il juge “grandiose”. (…) » (Babelio)

# De sa brillante biographie “Le Cavalier du Louvre. Vivant Denon (1747-1825)”, parue chez Plon en 1995, : « (…) Musée, mouseion en grec, signifie Temple des Muses. Au départ, c’est un sanctuaire qui leur est consacré (par exemple, à Alexandrie, l’édifice élevé par Ptolémée qui abritait la bibliothèque). Vivant a dû se sentir très tôt appelé à être gardien de ce Temple. Temple du Goût, Temple de l’Amour, l’idée est courante au 18ème siècle. Mais dans le cas de Vivant, fondateur du Louvre [en fait directeur général], la chose va beaucoup plus loin. Les empires passent, les musées restent, (…). Pourtant le Louvre que trouve Vivant à ses débuts est un endroit impossible, mal entretenu, squatté par des artistes qui y logent et y font leur cuisine. Ce musée ressemble plus à un asile qu’à un palais [“plus bel établissement de l’univers”] destiné à rassembler toutes les beautés de la terre. Vivant, on s’en doute, n’est pas spécialement partisan du désordre et de la malpropreté. Une note très sèche de lui, en 1808, insistant sur la nécessité, pendant des travaux, d’installer des latrines, est un bref chef-d’œuvre d’humour. (…) » (www.louvre.fr )

# Le Magazine littéraire, n°171 d’avril 1981 : extrait d’un entretien intitulé “Seul contre tous !” : « (…) Regardez les Américains, un peu solides, qui font de grosses machines, Mailer ou [William] Styron [1925-2006], qui occupent sans mal le terrain, même si leur littérature est souvent grosse ficelle, à cent mille lieues de [William] Faulkner [1897-1962]. Devant une caméra ils sont bien meilleurs qu’aucun Français ne le sera jamais. Lorsque Norman Mailer [1923-2007] dit qu’il a compris le problème des femmes, lorsqu’il s’est trouvé dans un lit, avec au-dessus de lui une négresse de 150 kilos, que c’est là qu’il a compris ce que c’est que d’être faible, dominé, opprimé, que là sa vision du monde avait changé : aucun Français n’aurait jamais osé dire ça. (…) » (Wikipédia-Portail de la littérature américaine)

# “Tous les écrivains sérieux sont athées.” C’est dans Le Nouveau Magazine littéraire (n°7-8, juillet-août 2018) que Sollers s’exprimait, dans le cadre du dossier “Vivre (heureux) sans Dieu” : « (…) il y a un livre très important, dont le titre dit tout : c’est “Le Gai Savoir” de Friedrich Nietzsche [1844-1900]. Il a affirmé que Dieu était mort, et ça l’a rendu fou, vous rétorqueront les religieux. Mais c’est une forme de propagande religieuse qui ne dit pas son nom, qui dévalorise systématiquement ceux qui ne croient en rien. (…) Je suis tout à fait laïcard… (…) » (IEP -USA) ***

Bruxelles, 12-18 juin 2023 / 341

Plus d'articles

Occident – 13-19/05/2024

“Paul Auster, ce « saint patron » littéraire de New York” (Courrier international ) / “Le plus francophile des Américains” (Le Figaro littéraire) / “La connaissance du thème de la solitude est fondamentale à qui veut pénétrer dans l’univers de Paul Auster” (Gérard de Cortanze) / “Sans doute le plus grand roman américain sur la guerre de Sécession [1861-1865], selon Paul Auster” (Claire Chazal) / “Être américain, c’est participer à la plus grande entreprise humaine depuis la création de l’homme” (Aliette Armel) / “Moon Palace” (1989) : « Je n’ai plus besoin d’aller nulle part. Dès que je me mets à y penser, je m’y retrouve »

Occident – 06-12/05/2024

Ce 7 mai, sept mois de conflit à Gaza / “Israël fait figure de bastion avancé de l’Occident au cœur de l’Orient” (Sophie Bessis) / Portrait de Herzi Halevi, 23ème chef d’état-major de Tsahal (Le Figaro Magazine) / “1948, une partition inacceptable dans les deux camps” (Sylvain Cypel) / “le Hamas est le genre d’ennemi que souhaite Benyamin Netanyahou puisque ses leaders ne sont pas intéressés par une paix avec Israël” (Michael Walzer)

Occident – 22-28/04/2024

“Lord Byron fut en son temps un dieu vivant” (1788-19 avril 1824) / Ainsi voit-on, pour la première fois peut-être, une légende vivante souffrir du star-system, un monstre sacré tourmenté par des paparazzi” (Didier Jacob, Le Nouvel Observateur) / “On juge généralement que Don Juan est son chef-d’œuvre” (Dominique Spiess-Faure) / “La lente, fiévreuse et douloureuse agonie, conséquence de la malaria contractée dans les marais de Missolonghi, en terre grecque, où il livrait bataille contre l’occupant ottoman” (Daniel Salvatore Schiffer) / “son génie est incommensurable… C’est un grand talent inné” (Goethe)