Occident – 23-29/10/2023

# “Les espions – Nouvelles guerres secrètes“. Le hors-série n°11 (juillet-août 2023) de l’hebdomadaire Le Point, quatrième de la série Géopolitique, est passionnant. Son rédacteur en chef, Romain Gubert, signale que « le catalogue des risques potentiels qui menacent la paix est aujourd’hui infini. » Extraits de trois entretiens.

# “Nous sommes passés d’un monde de compétition à un monde de confrontation.” Le chef des espions français se nomme Bernard Émié (65 ans). Plusieurs fois  ambassadeur de France (Liban, Turquie, Royaume-Uni…), il est à la tête de la DGSE, direction générale de la Sécurité extérieure, depuis juin 2017 : « (…) La DGSE compte aujourd’hui environ 7.000 personnes. Les effectifs de nos homologues chinois sont de l’ordre de 200.000 agents et ceux des agents russes, de l’ordre de 30.000 ou 35.000. Nous vivons sur des planètes différentes. (…) Même si nous ne jouons pas dans la même cour que ces agences, nos budgets comme nos effectifs nous permettent de faire notre travail dans de bonnes conditions. Vous me direz que ma parole est contrainte, mais je vous répondrai que nos budgets ont connu ces dernières années de fortes augmentations. (…) les puissances autoritaires, au premier rang desquelles la Russie et la Chine, contestent l’ordre international hérité de la fin de la guerre froide, fondé sur la démocratie, l’économie de marché et l’État de droit. (…) » (dgse.gouv.fr+Le Figaro)

# “Il faut que les capteurs – humains et techniques – soient correctement orientés.” Son prédécesseur, en poste d’avril 2013 à mai 2017, fut le diplomate et arabisant Bernard Bajolet,  qui vécut les attentats de Paris en 2015 : « (…) Ce qui m’a frappé pendant ma mission (…), c’était que mes homologues, américains, britanniques, russes, chinois, dont certains avaient beaucoup plus de moyens que nous, se posaient souvent les mêmes questions, sans avoir davantage de réponses. Le renseignement est un réducteur d’incertitudes, mais il produit rarement des certitudes. Heureusement, cela arrive aussi parfois… Cette croissance des moyens [“techniques, humains ou opérationnels”], (…) est à la hauteur des défis : terrorisme, cyberattaques, espionnage, criminalité organisée, retour de la guerre en Europe et autres menaces dans le monde, alors que le système de régulation internationale – onusien notamment – s’est affaibli. (…) » (ILERI -Paris)

# “Le renseignement humain reste plus que jamais indispensable.” Ecrivain et entrepreneur, ancien champion de karaté, Cédric Bannel a intitulé son huitième livre “Les Fantômes de Kiev” (XO Éditions, Paris). Une histoire de vengeance contre la France imaginée par la Russie, qui veut punir l’aide de Paris à l’Ukraine… Il a passé une dizaine de jours dans ce pays en guerre : « rencontrer civils et militaires, c’est une question d’honnêteté vis-à-vis du lecteur » ! “En quoi la guerre en Ukraine a-t-elle changé la donne ?” : « C’est la première guerre se déroulant à ce point à livre ouvert et le premier conflit mêlant les tranchées de 1914-1918 avec les satellites. (…) Grâce aux satellites, tout le monde savait six mois avant le début de l’intervention que la Russie massait des quantités invraisemblables de soldats le long de sa frontière occidentale. (…) Grâce à leurs sources humaines au sein de l’appareil d’État russe et parce qu’ils n’ont pas baissé la garde face au “risque russe”, les Américains avaient, eux, des capteurs et des analystes qui ont prévu l’inimaginable. Les capacités technologiques sont aujourd’hui essentielles, mais elles ne suffisent pas (…). » ***

Bruxelles, 23-29 octobre 2023 / 352

Plus d'articles

Occident – 13-19/05/2024

“Paul Auster, ce « saint patron » littéraire de New York” (Courrier international ) / “Le plus francophile des Américains” (Le Figaro littéraire) / “La connaissance du thème de la solitude est fondamentale à qui veut pénétrer dans l’univers de Paul Auster” (Gérard de Cortanze) / “Sans doute le plus grand roman américain sur la guerre de Sécession [1861-1865], selon Paul Auster” (Claire Chazal) / “Être américain, c’est participer à la plus grande entreprise humaine depuis la création de l’homme” (Aliette Armel) / “Moon Palace” (1989) : « Je n’ai plus besoin d’aller nulle part. Dès que je me mets à y penser, je m’y retrouve »

Occident – 06-12/05/2024

Ce 7 mai, sept mois de conflit à Gaza / “Israël fait figure de bastion avancé de l’Occident au cœur de l’Orient” (Sophie Bessis) / Portrait de Herzi Halevi, 23ème chef d’état-major de Tsahal (Le Figaro Magazine) / “1948, une partition inacceptable dans les deux camps” (Sylvain Cypel) / “le Hamas est le genre d’ennemi que souhaite Benyamin Netanyahou puisque ses leaders ne sont pas intéressés par une paix avec Israël” (Michael Walzer)

Occident – 22-28/04/2024

“Lord Byron fut en son temps un dieu vivant” (1788-19 avril 1824) / Ainsi voit-on, pour la première fois peut-être, une légende vivante souffrir du star-system, un monstre sacré tourmenté par des paparazzi” (Didier Jacob, Le Nouvel Observateur) / “On juge généralement que Don Juan est son chef-d’œuvre” (Dominique Spiess-Faure) / “La lente, fiévreuse et douloureuse agonie, conséquence de la malaria contractée dans les marais de Missolonghi, en terre grecque, où il livrait bataille contre l’occupant ottoman” (Daniel Salvatore Schiffer) / “son génie est incommensurable… C’est un grand talent inné” (Goethe)